Le Musée du Haut-fourneau
L'abondance de minerai de fer dans le sol et de bois dans les forêts constituaient les ingrédients idéals pour l'implantation de forges et fonderies de fer dans les vallées de la Blaise et de la Marne. Les fourneaux et les bâtiments étaient de taille importante.

Le château de Cirey possédait deux établissements métallurgiques identiques à celui-ci, qui procuraient d'importants revenus. Un haut-fourneau bien construit pouvait rouler sans discontinuer pendant 20 à 30 semaines. Il était ensuite vidé pour effectuer les réparations du creuset, du revêtement et des soufflets.
Le haut-fourneau était régulièrement alimenté par le haut, chaque fois que l'introduction d'une nouvelle charge était possible. Une charge était constituée de 230 pounds de charbon de bois, 500 pounds de minerai de fer, 50 de pierre calcaire et 20 pounds d'argile pour agglomérer les impuretés (crasses de laitier).

Coulée d' une guese
Nombreux étaient les petits villages le long de la Blaise qui possédaient une fonderie, source de travail pour les habitants. L'essentiel de la production des hauts-fourneaux était coulé sous forme de gueuses, longues barres de fer de première fusion, qui étaient vendues dans les forges et fonderies afin d'être transformées en produits marchands ou de seconde fusion.

Pour faire une gueuse après l'ouverture du haut-fourneau, on laisse couler le métal en fusion dans un moule constitué d'un lit de sable, comme on peut le voir sur la reproduction ci-dessus. Deux autres ouvriers déplacent une gueuse qui vient juste de refroidir et durcir. Chaque gueuse porte un numéro gravé qui permet d'identifier le lieu de production.

Il y avait deux énormes soufflets qui alimentaient constamment le fourneau en air pulsé. Les soufflets étaient arrêtés dès l'ouverture du haut-fourneau pour procéder à la coulée. Sinon, les ouvriers auraient été suffoqués par les nuages de flamme et de fumée. Ceux qui travaillaient près du fourneau portaient des vêtements de protection: guêtres, lourdes chemises de travail, tabliers et chapeaux à large bords pour les protéger de la chaleur.

Un fourneau comme celui-ci pouvait produire deux à trois tonnes de fonte par jour.    Page suivante


Le musée du Haut-fourneau est géré par l'Association pour la sauvegarde du patrimoine métallurgique haut-marnais.

Il se trouve à Dommartin-le-Franc, en Haute-Marne, au nord du château de Cirey.

Traduction de cette page par Elisabeth Robert-Dehault / Saint-Dizier, France